Home News Royaume-Uni : Des banques refusent des startups Blockchain.

Royaume-Uni : Des banques refusent des startups Blockchain.

Home News Royaume-Uni : Des banques refusent des startups Blockchain.

Royaume-Uni : Des banques refusent des startups Blockchain.

by laverdy

La Financial Conduct Authority (FCA) a déclaré que quelques startups travaillant sur Blockchain (DLT) se voyaient refuser les services de certaines banques. La FCA est un organisme de régulation indépendant, chargé de s’assurer de l’intégrité du marché financier du Royaume-Uni.

Une sandbox pour les startups

Le FCA est depuis quelques années aux commandes d’une sandbox* législative, où des entreprises innovantes peuvent tester leurs produits, services et buisness model dans des conditions de marché réel. Parmi les startups impliquées, 9 sont basées sur la Blockchain (OKLink, BlockEx, Oraclize …).

Ces startups basées sur la Blockchain – utilisant souvent bitcoins et cryptomonnaies – se sont, dans certains cas, vu refuser l’accès à des services bancaires.

« Nous avons été les témoins directs du refus de services bancaires pour un certain nombre d’entreprises […]. Les difficultés ont été particulièrement fortes pour les entreprises qui souhaitaient tirer parti d’un livre de compte distribué, devenir des organismes de paiement ou des agents de monnaie digitale. » UK’s Financial Conduct Authority

La Blockchain : refusée en bloc

La FCA n’a pas précisé quelles étaient les banques responsables, ni nommé les entreprises concernées. Il a cependant été clairement mentionné que le souci reposait, entre autre, sur l’utilisation d’un DLT. D’après la FCA, certaines banques seraient inquiétées par le blanchissement d’argent et le financement du terrorisme. C’est évidemment sans compter le fait d’encourager des fonds d’investissements plutôt risqués.

Il n’est pas nouveau que les banques mettent des bâtons dans les roues aux projets axés sur les cryptomonnaies. Mais cela est déjà plus rare et alarmant lorsque ces projets sont simplement basés sur blockchain. D’autant que les refus étaient parfois systématiques, ceci allant à l’encontre de la législation pourtant établie du FCA.

*Sandbox : En français « bac à sable » : Souvent employé pour « tester/étudier » l’effet d’une réglementation sur ce qui est censé être réglementé. Dans ce cas, le FCA réunit des fintechs et teste/étudie leur entrée sur le marché.

Source : Coindesk Coindesk

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *